Au jardin bio

DES CAGES A TOMATES FACON ROBINSON CRUSOE

lundi, juin 20, 2016

 Tuteurs à tomates fait maison

J'ai vécu mon enfance et mon adolescence dans la campagne française, au milieu de divers groupes culturels. Personne ne s'appelait par son nom de famille, mais par son origine ethnique. Aussi, l'allemand, le polonais, l'italien ou le marocain étaient des adjectifs pour désigner les individus et les différencier entre eux, personne ne s'en offusquait car chacun était fier de ses origines.

Devant chez l'italien, ça sentait toujours la pizza et l'antipasti, ça nous donnait faim et on aurait bien aimé en avoir un bout. Le marocain venait voir le polonais pour qu'il lui répare sa voiture, en échange il l'invitait à venir manger le couscous dans un grand plat unique. L'allemand ne parlait pas beaucoup, il se contentait d'observer les autres et restait poli. Quant au polonais, il taillait des branches, de longues tiges qu'il ramassait dans la nature.

J'ai vu mon père faire ce geste maintes fois, j'aimais particulièrement lorsqu'il taillait l'extrémité des branches en pointe avec son couteau pour mieux les enfoncer dans le sol. Il préparait des tuteurs pour les haricots à rames.

Les jardins campagnards de mon enfance étaient souvent simples, réalisés à partir de matériaux naturels, souvent le bois. Clôtures, barrières, treillages et autres aménagements étaient réalisés à partir de ce que les gens trouvaient de plus économique. Ils savaient presque tous bricoler, certains se débrouillaient mieux que d'autres.

Branches pour tuteurs à tomates

Pour faire mes cages à tomates, j'ai donc fait comme mes prédécesseurs, j'ai récupéré ce que j'avais autour de moi, en l'occurrence des branches de noisetiers. C'est un arbre qu'il faut tailler régulièrement car il donne des rejets en permanence.

Outillage pour fabriquer des tuteurs à tomates

Il m'a fallu un minimum d'outillage, celui qu'on trouve habituellement chez les sauvages habitants de la campagne qui jardinent : des sécateurs et de la corde.

Branches coupées pour faire des tuteurs à tomates

Tailler de longues branches pour faire les quatre côtés des cages, et de plus petites pour les barreaux intermédiaires, n'est pas un travail difficile, ça prend juste un peu de temps, surtout si on a beaucoup de cages à réaliser.

Dans un monde où l'agitation et la précipitation permanentes sont devenues des spécialités prisées par bon nombre d'individus, prendre mon temps pour faire les choses me permet de me concentrer sur ce que je fais ici et maintenant, et de profiter pleinement de l'instant présent : carpe diem.



Mon compagnon à quatre pattes est venu faire quelques investigations, car je perturbais son terrain de chasse (ou de repos) avec toutes ces branches.

Tuteur à tomates le carnet sur l'étagère

Travailler dehors me garde connectée aux éléments naturels et me donne l'impression de répéter les gestes élémentaires que d'autres humains ont réalisés bien avant moi.

Attaches pour tuteurs à tomates

J'ai toujours trouvé l'écorce des arbres d'une beauté singulière. L'arbre, cette impressionnante forme de vie, m'a toujours fasciné, son pouvoir à s'élever si haut, la force de son système racinaire parfois tentaculaire et sa capacité à résister à la violence du vent invitent au respect.

Des tuteurs à tomates fabriqués soi-même

Je trouve que mes cages à tomates s'intègrent bien dans un jardin cultivé selon des méthodes naturelles, certains y verront des accents de permaculture, il est vrai que c'est un sujet auquel je m'intéresse.

Tuteurs pour tomates bio

Mais il ne faut pas oublier que certains aspects de la permaculture ont été empruntés à nos ainés, qui vivaient selon des principes pragmatiques et utilisaient souvent la méthode empirique et leur créativité pour s'adapter à l'environnement du mieux qu'ils pouvaient.

Voilà, à partir de maintenant je ne vais plus m'occuper de mes pieds de tomates, sauf pour les arroser de temps en temps et cueillir quelques fruits, si les éléments naturels y sont favorables, ce que tout jardinier espère avec conviction.


Vous aimerez peut-être

6 commentaire(s)

  1. Très joli ton jardin! Et tes pieds de tomates sont bien avancées! Moi je renonce aux tomates cette année! Trop de pluie! Entre les fourmis en grand nombre cette année et le mildiou à venir! Les fourmis sont sur mes dahlias en ce moment et les citrons à leurs pieds ne les dérangent pas du tout!
    Ton chat ne fait pas trop de bêtises au potager?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Marie-Noelle, ravie de te retrouver ici ! Mon chat fait des dégâts surtout au printemps, quand je nettoie le jardin, car je le laisse sans filet de protection. Mais comme il n'y a rien de semé, c'est pas trop gênant. Les oiseaux aussi font des dégâts, mais comme ce sont mes "amis" je ne les chasse pas, je protège mes semis. Ici la végétation est luxuriante, il fait assez doux en ce moment et il pleut souvent, malheureusement les fruits qui se forment pourrissent rapidement et les plantes sont déjà bien avancées dans leur cycle de production. L'année prochaine je changerai de stratégie, il faut que je m'adapte au climat qui évolue.

    RépondreSupprimer
  3. Un tour au jardin... et tout le stress d'une journée très active s'envole : je partage avec toi ces instants de bonheur tout simplement : le calme et la nature apportent une énergie positive. C'est une chance de posséder un jardin, son petit coin de verdure à soi, c'est magique... Merci Christine pour ces partages Nature.

    RépondreSupprimer
  4. Ce que tu dis est entièrement vrai. La nature nous transmet son énergie et en la regardant on apprend beaucoup de chose.
    Pour moi avoir un jardin et vivre à la campagne est un choix. Mais il faut faire des concessions, comme faire de la route pour aller au travail et faire ses courses. On ne peut pas tout avoir, il faut accepter les avantages et les inconvénients.
    Bonne journée à toi dans ton coin de verdure :)

    RépondreSupprimer
  5. Dis moi, tes cages servent de tuteurs par la même occasion?

    RépondreSupprimer
  6. Oui Marie, les cages servent de tuteurs.
    Quand je plante les jeunes pieds de tomates, je pose un petit tuteur en même temps (une branche d'arbre) et je l'attache avec une ficelle de jute.
    Ensuite je place les cages et quand les branches des tomates grandissent elles se posent sur les côtés du tuteur (parfois je les aide un peu !).

    RépondreSupprimer

AVERTISSEMENT

Ce blog contient des informations générales sur l’alimentation bio, les plantes, la beauté et la santé naturelles, les projets de bricolage, et les recettes de cuisine. Je mets tout en œuvre pour vous fournir des informations utiles, néanmoins, la confiance que vous accordez à toute information de ce type est à vos propres risques et ne se substitue pas à un avis médical, ou tout autre conseil professionnel de toute nature.


Idée de Recette

Velouté d'asperges blanches